Le Puits, Pavillon Jacques Ellul

SCULPTURE AU PARC AUX ANGÉLIQUES, BORDEAUX
CORÉALISATION AVEC L’ARTISTE SUZANNE TREISTER
COMMANDE PUBLIQUE GARONNE

LIEU : PARC AUX ANGÉLIQUES, BORDEAUX
PROGRAMME : ŒUVRE D’ART
SURFACE : 50 m²
COÛT : 500.000 € HT
ÉQUIPE : SUZANNE TREISTER + B O L D
MAÎTRE D’OUVRAGE : BORDEAUX MÉTROPOLE
MISSION : MISSION COMMISSARIAT ARTISTIQUE + CONCEPTION RÉALISATION
ANNÉE : 2019

Troisième et dernier volet du triptyque Les Vaisseaux de Bordeaux.
Proche des idées de Jacques Ellul, philosophe, penseur de la société technicienne et de la modernité, plus reconnu outre Manche et outre Atlantique, Suzanne souhaite inciter le promeneur à le découvrir à travers ce pavillon dédié à sa pensée.
Le Puits fait le lien entre les diverses inventions et créations techniques qui ont permis de domestiquer le fleuve Garonne ; et la pensée anarcho-primitiviste (Thoreau, Cummings, Debord, Ellul, Hakim Bey…) qui s’engage à prévenir des risques des avancées technologiques irréfléchis.
Le Pavillon reproduit l’architecture du Belvédère du Petit Trianon créé pour la reine Marie-Antoinette dans le parc du château de Versailles. Une fabrique de jardin de style néoclassique, érigée entre 1778 et 1781 par Richard Mique qui servait de salon de musique.
Edifice de forme octogonale en pierre de taille surmonté d’un dôme en zinc naturel caché par une balustrade, le Puits s’insère subtilement et discrètement en décalé dans se replis urbain que constitue le parc aux angéliques et fait face à l’architecture classique de la façade des Quais, pour mieux rendre hommage à la splendeur et à l’homogénéité de l’architecture du XVIIIe siècle à Bordeaux.
L’idée est ici de donner l’illusion d’une tension physique des idées en redoutant une éventuelle remontée des eaux du fleuve par l’intermédiaire du puits central qui se tient au centre du pavillon, au cas où l’homme aurait par malveillance oublié de tenter de maîtriser la montée des eaux.